Les plus belles crèches Provençales

Publié le par Didi de Paris



SNC10673

Depuis le IIIè siècle, la tradition des crèches s'est développée dans le monde entier : crèche vivante, Comtoise (théâtre populaire très en vogue à la fin du XVIIIè siècle), de Roumanie réalisée en argent, Africaine fabriquée en bois, asiatique, celles d'Amérique latine où l'on compte autant de crèches que de villages, baroque ou encore Napolitaine. Mais en France, depuis le XIXè siècle,c'est la crèche provençale qui reste la plus populaire. On l'installe le jour de la Saint Nicolas, Jésus, au centre de la scène est entouré de Marie, Joseph, d'un âne ayant transporté Marie enceinte et d'un boeuf qui réchauffa le nouveau né de son souffle. Viennent ensuite les bergers et leurs moutons et d'une ribambelle de personnages empruntés au folklore provençal et représentant tous les métiers de l'époque en costume local des années 1820-1850 : le ravi, l'aveugle et son fils, le rémouleur, le meunier, le boulanger, la marchande d'ail, la poissonnière, la femme à la cruche. Tous ces petits "santouns" (petits saints en provençal) resteront dans nos maisons jusqu'au 2 février, date de la présentation de l'enfant Jésus au Temple.

Since the 3rd century, the tradition of the christmas crib went all over the world : living nativity scene, from France-Comté, realized in silver in Rumania, Asian, African one in wood, from Latin America where we count so many different type, baroque, from Italy. But in France, the most popular cristmas crib since the XIX century is the one from Provence. We install it the day of the Saint Nicolas. Jésus in the center is surrounded with Marie, Joseph, a donkey and a beef which warmed the newborn child of his breath. Then the shepherds and their sheeps and from the Provençal's folklore come a swarm of caracters in local costume of the years 1820-1850. 

SNC10668

SNC10669

SNC10671

SNC10670

SNC10664

SNC10665

SNC10666

Toutes ces crèches proviennent du musée du terroir Marseillais de CHATEAU GOMBERT.

Publié dans Provence

Commenter cet article